Le marché de l’immobilier relancé grâce au prêt à taux zéro

UN VÉRITABLE COUP DE POUCE POUR LES VENTES

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Les particuliers qui souhaitent acquérir un bien immobilier ont vu, avec les dispositions en faveur de l’aide au logement, la possibilité de réaliser leur projet. Ils représenteraient, selon les récentes observations du Crédit Foncier, 50% à avoir pu accéder à la propriété en 2015 au moyen d’un prêt à taux zéro ou à l’accession sociale. Ainsi 72.221 transactions immobilières dans le neuf ont été financées au moyen du prêt à taux zéro. Un emprunt qui peut être contracté sous conditions de revenus et serait conclu par deux ménages sur trois. Le crédit à l’accession sociale représente, quant à lui 58.800 ventes immobilières sur la même année dernière.

Le prêt à taux zéro pour tous les projets

Il s’agit d’un emprunt uniquement lié à l’acquisition d’un logement neuf et destiné aux primo-accédants. Il peut être souscrit pour des biens anciens dès l’instant où ceux-ci demandent d’importants travaux de rénovation. En effet ces derniers doivent représenter 25% du prix d’achat du bien. Le montant prêté pouvant aller jusqu’à 40% du montant du prix du bien, tandis que ce n’étaient que de 18 à 26% en 2015.

L’emprunt à l’accession sociale permet, quant à lui, à tous les projets immobiliers de se concrétiser et offre un taux d’intérêt avantageux.

DES DISPOSITIONS QUI ONT BOOSTÉ LE MARCHÉ

Des mesures favorables

Le gouvernement a, depuis le 1er janvier de cette année, élargi les conditions d’accès du prêt à taux zéro en relevant le plafond des ressources nécessaires pour son octroi. Une décision qui a permis à 40% de particuliers supplémentaires d’y avoir recours et de concrétiser un projet d’achat immobilier.

Dans l’immobilier ancien, les répercussions de cette mesure sont tout aussi conséquentes, puisque le prêt à taux zéro modifié d’un plafond de revenus plus élevé, a permis sur l’ensemble de l’hexagone, de conclure un nombre croissant de ventes en milieu rural. L’extension de cet emprunt à tout le territoire a donc été un levier pour le marché de l’ancien.

Une plus grande flexibilité

En dehors du plafond de ressources qui a été relevé permettant à un plus grand nombre de ménages d’y avoir recours, c’est également un différé d’amortissement dont ils peuvent bénéficier. De plus il s’agit, comme son appellation l’indique, d’un crédit sans intérêt. Par conséquent, plus la somme empruntée est élevée, plus les mensualités ainsi que le coût total de ce prêt diminuent.

Enfin, le bien acquis au moyen de cet emprunt peut être mis en location après 6 années. Ce qui était impossible auparavant. Cette mesure supplémentaire est donc un atout pour les acquéreurs.

Une nouveauté avantageuse

La durée de remboursement du prêt à taux zéro a été augmentée à 25 ans avec la possibilité de bénéficier d’un différé de 5, 10 voire 15 années. Ainsi ce prêt peut ne pas peser sur l’endettement, et ceci même si la somme empruntée est plus élevée. En effet, un plan de financement peut être envisagé, ce qui n’était pas le cas avant janvier 2016. Ainsi certains acquéreurs ont la possibilité de revendre leur bien avant d’avoir commencé les remboursements.

LE PRÊT À TAUX ZERO ENVOIE UN SIGNAL POSITIF

Un véritable succès

D’après la FNAIM les modifications apportées à ces prêts en faveur de l’achat dans l’immobilier, ont dynamisé les transactions puisque ce sont en 2016, dans l’ancien, 20% des ventes conclues ayant eu recours à un prêt à taux zéro. Un chiffre opposé aux 2% voire 3% de l’année 2015. Des chiffres cités par les organismes bancaires.

Un marché déjà dynamisé

L’année passée, le prêt à taux zéro avait déjà été souscrit par de nombreux acquéreurs motivés par un marché immobilier qui était déjà dynamique. Le crédit foncier indiquait alors, dans une étude, que c’étaient 37.000 euros empruntés par les ménages au moyen du prêt à taux zéro en vue d’un achat représentant 194.000 Euros. Un montant stagnant par rapport à 2014.

Des emprunteurs plus jeunes

Les bénéficiaires du prêt à taux zéro sont, d’après les chiffres de l’établissement bancaire, généralement plus jeunes en moyenne que les acquéreurs dans leur ensemble, tous moyens de financement confondus. En effet, environ 80% de ces emprunteurs sont âgés de moins de 40 ans.

Des effets très positifs

Le prêt à taux zéro bien qu’étant assujetti à un plafond de ressources, et que son acceptation soit différente selon la composition du foyer et du bien souhaité, les modifications intervenues en 2016 ont été positives pour le marché de l’immobilier qu’il a bien boosté.

Article rédigé par l'équipe Styl'Immo