Blog

Immobilier : Acheter ou pas en 2019

En 2018, le secteur de l’immobilier a connu une bonne stabilisation. Après une année 2017 de forte hausse, alors que tous prévoyaient une très bonne année, pour différentes raisons, les indicateurs sont restés faibles. Les taux notamment ceux de l’emprunt ont côtoyé leurs plus basses valeurs depuis bien des années : avoisinant les 1,50 % et la demande est restée constante tout au long de l'année 2018. Tout le monde se demande quelle sera la situation de l’année 2019, et les courtiers parlent déjà d’une potentielle augmentation des taux d’intérêt dans l’espoir que les prix des biens immobiliers n'augmentent pas trop.

On ne peut pas dire que les transactions immobilières ont réellement connu de beaux jours durant l’année 2018, une tendance plutôt à la baisse. Face aux interrogations des uns et des autres, les courtiers retiennent certaines prévisions pour le compte de l’année 2019.

QUELLES SONT LES PRÉVISIONS DES EXPERTS

La 1ère prévision pour 2019

Elle concerne les primo-accédants, qui selon les estimations, vont être de plus en plus absents. Leur part pourrait chuter de près de 16 % et atteindre les 40 % en 2019. Or, en 2018, les 56,4 % des crédits immobiliers ont été justement accordés à ces ménages qui sont à leur première expérience en tant que propriétaire, ce sont eux qui stimulent le marché. Plusieurs études viennent confirmer cette tendance à la baisse. Selon les statistiques de L’INSEE, 57,7 % des français sont dorénavant propriétaires d’une résidence principale. Ce pourcentage semble satisfaisant, mais il est inférieur à celui observé en 2010 (58 %) et 2015 (58,9 %). En dehors de cela, certains professionnels prévoient que la demande ne décolle pas pour autant cette année, car le taux de ménages Français ayant exprimé leur volonté d’acquérir une résidence principale pour le compte des 5 prochaines années a chuté de 4 %. Cette situation doit fortement être prise au sérieux parce que le volume des crédits, comme justement celui des primo-accédants, suit la même évolution décroissante. Une situation assez préoccupante pour le secteur de l’immobilier.

La 2ème prévision pour 2019

La seconde prévision, celle des courtiers concerne les prix des biens immobiliers qui pourraient connaître une hausse d'environ 2,5 % en 2019. Ce n’est plus un secret, le prix élevé du mètre carré mine la demande immobilière. En 2018, les prix immobiliers ont fait un bond de 3,7 %. La capacité des ménages modestes à absorber l’augmentation des prix est limitée par rapport à celle des ménages aisés. C’est d’ailleurs pour cela que d’après les notaires, les prix des appartements ont augmenté de 3,4 % entre la fin du mois de septembre en 2017 et en 2018. Tandis que dans le même laps de temps, les prix des maisons construites se sont seulement accrus de 2,6 %.

A priori en 2019, suivant cette tendance, les prix devraient continuer à croître, mais l’on pense qu’ils pourraient freiner légèrement. Ceci aurait pour cause la stagnation de la demande et bien entendu le pouvoir d’achat qui reste faible. La fluctuation des prix devrait donc s’arrêter à 2,5 %. Toutefois, la capacité des français à emprunter devrait diminuer en raison de la politique d’augmentation des taux d’intérêt prévue pour le compte de la prochaine année.

La 3ème prévision pour 2019

Depuis le début de l'année les derniers chiffres de l'INSEE mettent en lumière une baisse de l'inflation et des taux de crédits jugés exceptionnellement bas. Les taux moyens des prêts immobiliers avoisinent les 1,44% et même si une hausse de 0,5 % avait été annoncée, force est de constater que l'argent n'a jamais coûté aussi peu cher. En Mars et contre toute attente, la baisse des taux continue et on constate que c'est juste la durée des prêts immobiliers qui s'allonge. C'est justement cet allongement de la durée des prêts immobiliers qui vient compenser les fluctuations du marché.

La relance du marché de l'immobilier viendra certainement de la fin des manifestations des gilets jaunes, qui il faut l'avouer sont venues bousculer un marché déjà fragilisé. Dans un contexte morose, les ménages peinent à se projeter et même si le souhait des primo-accédants est toujours l'achat d'un bien immobilier, le passage à l'acte est assez difficile.

POUR CONCLURE

Les taux immobiliers n'ont jamais été aussi bas, rendant par la même les prêts immobiliers très accessibles. Que ce soit à l'occasion d'un premier achat, pour un investissement ou autre, les professionnels de Styl'Immo estiment qu'il faut profiter de ce contexte pour se rendre acquéreur de votre futur bien immobilier.

 

Rédigé par l'équipe Styl'Immo

 

Stylimmo

Nous contacter

Article rédigé par l'équipe Styl'Immo